Le bureau exécutif de la Fédération Nigérienne de Luttes (FENI-LUTTES) s'est réuni en séance extraordinaire le mercredi 31 mai dernier et a pris d'importantes décisions dont la réintégration en son sein des deux membres suspendus à Tahoua le 25 décembre 2016. La réunion a en outre décidé de la suspension du président Abouba Ganda suite à son bras de fer avec le ministère de tutelle depuis la dernière édition du Tournoi de la ville de Dakar.
Sur les motivations de cette suspension du président Abouba Ganda, le bureau exécutif de la FENI-LUTTES a indiqué que dès son retour de Dakar où il a participé au TOLAC, « le président a tenu des propos injurieux et diffamatoires à l'endroit du ministère de tutelle, acte qui ne cadre pas avec la déontologie sportive ». La FENI-LUTTES a, par lettre du 3 mai 2017, informé le ministère de tutelle de la suspension de son président. Après vérification de la conformité de cette décision avec les textes en vigueur de la FENI-LUTTES, le Ministère de la Jeunesse et des Sports a pris acte de cette décision par lettre numéro 0513 MJS du 1er juin 2017 et a demandé au Premier Vice Président de prendre toutes les dispositions utiles permettant d'assurer un bon fonctionnement de la structure jusqu'à la convocation d'une assemblée générale extraordinaire élective devant mettre fin à la vacance au poste de président de l'association. C'est donc le Vice président Ali Dan Malam qui assure l'intérim de président jusqu'à la prochaine assemblée générale de la FENI-LUTTES.
Il faut rappeler que depuis la dernière édition du Sabre National de Lutte à Tahoua, une atmosphère des plus délétères prévalait au sein de cette fédération sportive nationale, avec des rumeurs de malversations. Une situation qui a abouti à la suspension des deux membres du bureau exécutif national aujourd'hui réintégrés.

Oumarou Moussa(onep)