Au moins deux gendarmes nigériens ont été tués dans une attaque terroriste dans la nuit de dimanche à lundi dernier à Fonéko, région de Tillabéry (ouest du Niger, frontalière du Burkina Faso et du Mali), apprend-on de source officielle mardi à Niamey.

Selon la radio nationale qui a confirmé, dans son journal de mardi 20h, cette information déjà rapportée par des sources sécuritaires, les soldats étaient à leur poste à une trentaine de kilomètres de Téra quand des hommes armés ont tiré sur eux, tuant deux.

Les deux gendarmes ont été inhumés lundi en présence du gouverneur de la région de Tillabéry, Ibrahim Tidjani Katchala, accompagné des autorités militaires, administratives et coutumières de la région.

Les assaillants non identifiés ont également emporté des armes et des munitions, ainsi que deux motos, annonce-t-on de source sécuritaire.

Le 6 mars dernier, cinq gendarmes nigériens ont trouvé la mort dans une attaque similaire dans la même zone, rappelle-t-on.

Ces attaques interviennent alors que l'état d'urgence a été instauré dans cette région frontalière également du Nord Mali depuis le 3 mars dernier.

En mars 2016, trois gendarmes ont été tués dans cette zone par des éléments proches d'Alkaidah au Maghreb Islamique (Aqmi), selon les autorités nigériennes.

La partie nord du Mali abrite depuis près de cinq ans plusieurs groupes terroristes proches d'Aqmi, d'Ançar Dine et d'autres mouvements rebelles ainsi que des narcotrafiquants qui mènent des attaques meurtrières de part et d'autre de la frontière commune au Niger et au Mali.

 

 

Xinhua