Peine lourde pour le journaliste de la chaîne privée Bonférey Baba Alpha et son père, détenus depuis le 3 avril à la prison de Niamey. La justice nigérienne vient de les condamner à deux ans de prison pour faux et usage de faux pour la détention de faux papiers d’état civil. Ils ont aussi été déchus de leur nationalité nigérienne.

A l’annonce du délibéré, la déception se lisait sur tous les visages de ceux qui sont venu soutenir la famille de Baba Alpha.

Dans la cour du palais de justice de Niamey, le spectacle est saisissant : trois femmes sont à terre, elles se roulent en poussant des cris de détresse.

Ecroués depuis le 3 avril à la prison de Niamey, Baba Alfa et son père âgé de 70 ans ont été condamnés à deux ans de prison et à dix ans de privation de tout droit civique et politique pour faux et usage de faux, les autorités les accusant d’avoir usurpé la nationalité nigérienne. Les deux hommes sont également interdits de tout emploi public et leurs actes d’état civil jugés faux seront confisqués et détruits, ils devront également payer 300 000 francs CFA d’amende chacun (450 euros).

« C’est la première fois que j’assiste à un tel délibéré où on condamne quelqu’un, si j’interprète, à ne pas exister civilement et politiquement,explique Boubacar Mossi, l’avocat de Baba Alfa. Ma réaction ? Je ne peux être qu’indigné. Baba Alpha par exemple est né au Niger, il a grandi au Niger et il ne connait pas d’autre nationalité ou d’autre patrie que le Niger. »

A la suite de ce procès qui a duré un mois, Baba Alpha perd tous ses droits civiques et politiques. « On le déchoit de la nationalité nigérienne. On lui interdit même d’avoir tout emploi, même sur le plan social et civique. Aujourd’hui Baba Alpha a été déclaré apatride. On ne peut pas déclarer quelqu’un d’apatride parce que c’est de cela qu’il s’agit : il n’a pas d’autre nationalité que celle nigérienne. On lui retire la nationalité nigérienne. C’est pour qu’il devienne quoi ? », questionne Boubacar Mossi.

Selon son avocat, Baba Alfa va faire appel de sa condamnation.

 

RFI