C'est après une séance marathon, toute la journée d'hier jeudi, que les députés ont voté par 139 voix pour, 27 contre et 0 abstention, le Projet de loi des Finances pour l'exercice budgétaire 2017. Avant de passer aux voix le Projet de loi des Finances, les députés ont suivi la présentation du rapport de la Commission des Finances et du Budget qui a pris en compte également les grandes lignes des rapports des autres Commissions permanentes.
Cet exposé a été suivi de débat sur le budget, puis la parole a été donnée au commissaire du Gouvernement, le ministre des Finances, M. Massoudou Hassoumi. Celui-ci a répondu à toutes les questions soulevées au cours du débat. Le Projet de loi de Finances 2017, qui a été soumis à la sanction de la représentation nationale et dont le ministre des Finances a expliqué le difficile contexte économique à la fois international, régional et national dans lequel il intervient, est arrêté en recettes et en dépenses à la somme de 1.809,49 milliards de FCFA, contre 1.807,22 milliards pour l'exercice 2016, soit une augmentation de 2,28 milliards de FCFA en valeur absolue, correspondant à 0,13% en valeur relative.

L'évaluation des ressources du budget général 2017 de l'Etat du Niger fait ressortir un total de 1.070,08 milliards de FCFA de recettes internes attendues dont 1.023,41 milliards de FCFA de recettes fiscales. Quant aux recettes externes, elles s'évaluent à 614, 41 milliards de CFA, et au titre des obligations du Trésor, à 125 milliards de FCFA. Côté dépenses, l'évaluation fait ressortir 188, 41 milliards de Dette publique ; 261,89 milliards au titre des Dépenses du personnel ; la rubrique intitulée Dépenses de biens et services pèse 129,64 milliards ; les Subventions et Transferts courants 219,64 milliards; les Investissements de l'Etat sont 1.009,90 milliards.
Une très large majorité des députés a apprécié l'orientation et les différentes programmations des ressources dont ils ont estimé que malgré le contexte et les contraintes, le Gouvernement a fait la part belle aux domaines prioritaires comme la sécurité et des investissements conséquents dans des domaines et secteurs qui sauvegardent l'intérêt général. Aussi, tous les présidents des groupes parlementaires ont appelé à voter favorablement ce projet de Budget, sauf le président du groupe parlementaire Lumana qui a demandé son rejet pur et simple.
Après le vote massivement favorable au texte, le ministre Hassoumi Massoudou a vivement remercié l'ensemble des députés pour le débat franc et les importantes contributions des uns et des autres dont il a dit que le Gouvernement tiendra compte. Il a réitéré sa volonté de mettre en œuvre des mesures vigoureuses dans la question de la mobilisation des ressources internes et la qualité de la dépense publique. En un mot, plus de rigueur dans la gestion des finances publiques.
Il faut rappeler qu'avant d'entamer l'examen du Projet de loi des Finances 2017, les députés ont rendu publique une déclaration faisant suite à l'interpellation, le samedi 19 novembre 2016, du ministre de la Santé Publique sur la question relative à la fréquence des grèves perlées des médecins spécialistes. Plusieurs recommandations ont sanctionné cette déclaration, dont nous publions ci-dessus l'intégralité.

Mahaman Bako(onep)